Rechercher un tag

Paris

Réflexions

Je suis de retour (la bouche en coeur)

Bonjour

Ca fait des mois que je n’ai pas écrit, j’en avais pas envie. Je me suis dit que je n’allais pas forcer les choses. Je ne prenais pas le temps d’écrire ou d’avancer dans mes projets, j’étais un petit peu léthargique et je suis tombée dans la routine du métro, boulot, potos, dodo.

Et puis, il y a quelques jours, en me levant, je me suis dit que si je ne me forçais pas un peu à retourner vers des activités qui me font vibrer, mais que j’avais laissé de côté par flemme, ma vie passerait en un clin d’oeil et j’aurais tout plein de regrets.

En parlant de ça, aujourd’hui, ça fait un an que je suis à Paris ! Je me rappellerai toujours du jour où je suis arrivée dans ma petite chambre d’étudiante du treizième, avec mes 3 valises. C’était excitant et terrifiant à la fois. Découvrir une nouvelle ville, prendre de nouvelles habitudes. J’ai adoré ce moment !

Un an après, on peut considérer que je m’en sors plutôt bien. J’ai un joli appartement dans Paris, un emploi en CDI et je me suis fais de nouveaux amis. J’ai pris ma vie en main et ça c’est tellement cool.

Maintenant que j’ai réussi à satisfaire mes besoins primaires, je peux désormais m’occuper de moi !

Du coup, j’ai dressé la liste des choses que j’ai envie de faire, chaque semaine.

 

♡ Faire du sport ! Ca tombe bien, à côté de mon nouveau chez-moi, il y a une salle de sport, dans laquelle j’ai pu m’inscrire grâce à mon CE. J’suis motivée ! Je nourris l’espoir d’un jour trouver du plaisir à faire du sport. Des conseils d’ailleurs ?

♡ Reprendre la couture. Ca fait des semaines que je n’ai rien cousu, et j’ai pourtant une commode remplie de tissus qui n’attendent que moi et mes doigts de fée. Ma machine à coudre est sagement posée sur mon bureau, à prendre la poussière.

♡ Reprendre en main mon blog. J’adore écrire, j’adore les blogs, mais la routine a fait que je ne prenais même plus le temps d’aller sur HelloCoton lire les articles de mes blogs préférés. Je crois que Netflix a eu raison de moi ces derniers mois.

♡ Apprendre à cuisiner sainement. Les kilos se sont accumulés depuis que je suis arrivée en France, du grand n’importe quoi. Mais maintenant que j’ai retrouvé une cuisine fonctionnelle, j’ai envie de faire les choses bien, et de bien nourrir mon corps. Adieu UberEats, bonjour les livres de cuisine.

♡ Bien nourrir son corps, ça sert à rien si on ne nourrit pas bien son esprit ! J’aimerais consacrer au moins une heure par semaine à faire de la méditation et autres joyeusetés énergétiques.

♡ Apprendre à s’aimer. Sûrement le point le plus important de la liste, je m’y attèle durement, et ça fait tellement du bien. J’ai hâte de faire un bilan d’ici quelques mois !

♡ Apprendre une nouvelle langue. J’ai toujours voulu apprendre l’italien, l’espagnol, le portugais et même l’arabe.

 


Et vous alors, comment avez-vous commencé votre année, est-ce-que vous arrivez à vous tenir à vos résolutions ?


Bonnes adresses

L’afterwork des audacieuses, à la Maison Sibille

Salut

Il y a un mois, j’ai participé à l’Afterwork des audacieuses, organisé par Lauriane, du blog Makeitnow. Une soirée de toute beauté !

Bon, ok, j’arrive dix ans après la guerre, mais peu importe ! Je souhaitais absolument vous parler de cette soirée car elle m’a permise de rencontrer des personnes formidables et qu’on a toutes passé la soirée dans un lieu fantastique.

La soirée était organisée à la Maison Sibille, dans le 8ème arrondissement de Paris, à deux pas des Champs Elysées. Nous étions une quinzaine il me semble, des blogueuses, des entrepreneuses et des curieuses. J’ai été accueillie par une coupe de champagne et Lauriane avait pris le temps d’organiser des petits ateliers afin que l’on puisse faire connaissance. Nous avons également dîné ensemble et la soirée s’est terminée en musique.

C’est la première fois que je participais à un événement de la sorte et j’ai vraiment apprécié. Je ne connais pas énormément de personnes à Paris, je pense que ce type de soirée est donc parfait pour rencontrer du monde et élargir son réseau. J’ai aussi pu rencontrer de très belles personnes, des femmes intéressantes de par leur parcours personnel et professionnel.

En ce qui concerne la Maison Sibille, le lieu a été imaginé par 2 soeurs architectes et décoratrices, originaires du Pérou. Ouvert en début d’année, cet endroit offre la possibilité de se restaurer, de travailler et d’organiser des événements. Des ateliers sont régulièrement organisés autour de la cuisine, ou encore de la décoration. Leurs pâtisseries sont à tomber par terre et l’endroit regorge d’originalité, un mélange parfait de styles différents.

Merci à Lauriane, du blog Make it Now, et à la Maison Sibille, pour cette belle soirée ! Je vous laisse vous inspirer de l’atmosphère des lieux, en photos !

 


Avez-vous déjà participé à des events de blogueuses ? Qu’en avez-vous retiré ?


 

Bonnes adresses

Se détendre au Hammam de la Grande Mosquée de Paris

Bonjour

Avant tout, je tiens à m’excuser de mon absence depuis un mois. J’étais à fond dans mes recherches d’un emploi, j’ai passé beaucoup d’entretiens et j’avais franchement pas de motivation à écrire, tant mon esprit était ailleurs. Maintenant que tout ça est terminé (je signe lundi !), mon esprit est enfin serein, et qu’est ce que ça fait du bien ! Je vais pouvoir retourner vers des choses que j’aime, à savoir écrire et coudre. Et accessoirement me remettre au sport.

Du coup, maintenant que je peux enfin jouir de ma nouvelle liberté mentale (vous savez, ne plus se demander si je vais finir sous un pont), j’en ai profité pour découvrir, hier, le hammam de la Grande Mosquée de Paris.

Lorsqu’on m’a proposé de m’y rendre, j’étais sceptique car j’avais lu des articles assez négatifs sur le lieu. Ça disait que c’était bruyant et sale. J’avais presque envie de ne pas y aller car je n’étais pas sûre d’apprécier l’expérience. J’ai bien fait de faire taire ma voix intérieure car j’ai finalement passé un bon moment.

Je m’excuse d’avance pour le manque de diversité dans les photos. Mon appareil photo n’était pas spécialement fan de l’humidité et de la buée, du coup je n’ai pas grand chose pour illustrer les deux salles du hammam.

La Grande Mosquée de Paris est un lieu magnifique, situé à côté du jardin des plantes. Inaugurée en 1926 par le Sultan du Maroc, elle a été construite en hommage aux musulmans de France, après la première guerre mondiale. Loin d’être uniquement réservée aux musulmans, elle abrite également un restaurant et un petit jardin, idéal pour prendre un thé et manger de délicieuses patisseries orientales. On se croirait dans un conte des 1001 nuits, c’est tellement joli et les odeurs sont à tomber par terre.

Le hammam est situé à gauche du comptoir à patisseries. Sachez que l’entrée est réservée aux femmes exclusivement, 4 jours par semaine. Il n’est pas autorisé d’être nue, il faut au moins avoir un bas de maillot de bain. Vous pouvez néanmoins laisser tomber le haut si vous le souhaitez ! 

Lorsque nous sommes arrivées, nous avons payé et nous avons été conduites vers une salle de casiers (pensez à apporter une pièce ou un jeton afin de pouvoir vous servir des dits casiers) afin de nous changer et de ranger nos affaires. L’accueil est cordial mais pas non plus extraordinaire. Des claquettes / tongs sont à disposition pour les personnes qui n’en ont pas. Une fois changées, nous nous sommes dirigées vers les douches (obligatoires), puis vers la première salle hammam.

Il s’agit d’un grand espace dans lequel vous pouvez vous allonger ou vous asseoir. Il faut avant tout se badigeonner de savon noir. Le savon noir est un pilier de la cosmétique orientale. C’est un mélange d’olives et d’huile. Il permet à la peau de s’ouvrir et à se débarrasser des impuretés, ainsi qu’à éliminer les toxines. Je vous conseille d’éviter le visage, car ça fait très mal dans les yeux.

Nous avons laissé le savon faire effet sur notre peau et nous nous sommes ensuite frottées avec les gants. Cela permet d’enlever les peaux mortes et de laisser la peau toute douce.

Source : http://top-halal.fr/

Nous sommes ensuite passées dans la seconde salle, dans laquelle la vapeur est beaucoup plus chaude. Heureusement, il y a un bassin d’eau froide dans lequel patauger et se rafraichir ! Idéal pour discuter et se relaxer. Pensez vraiment à vous rafraichir régulièrement, surtout si vous n’êtes pas habituées à ce genre d’endroits. La chaleur peut vite faire tourner la tête.

La femme s’occupant du lieu est venue nous avertir, à 20h45, que le hammam fermerait bientôt ses portes. Nous nous sommes rincées, séchées, rhabillées et nous sommes parties.

Au final, c’était un moment des plus agréables. Nous avons eu la chance d’être presque seules dans le hammam et nous avons donc pu profiter du calme. Du coup je vous conseille d’y aller un soir de semaine, après le boulot. De quoi décompresser après une dure journée de travail, c’est parfait, non ? Aussi, je vous recommande chaudement de bien vous laver, une fois rentrées chez vous. Le hammam n’est pas le lieu le plus hygiénique du monde. En terme de propreté, je n’ai pas pensé que c’était particulièrement sale, comme certains articles de blogs le laissaient penser, néanmoins,  je vous recommande tout de même d’apporter une serviette sur laquelle vous asseoir.

Le hammam propose des massages à des prix abordables. Ils se font dans une sorte de boudoir oriental, à la vue de tout le monde. Pudiques s’abstenir.

Du coup, pensez à apporter : un maillot-de-bain, des claquettes / tongs, une serviette (ou paréo) pour vous asseoir et une serviette pour vous sécher ensuite, du savon noir et un gant (autrement, ils en vendent sur place), un sac pour ranger vos affaires mouillées, un savon pour vous laver ensuite. Pensez également à prendre une bouteille d’eau, car vous aurez certainement très soif ensuite, à cause de la déshydratation.

Astuce : j’ai lu qu’il était judicieux d’y apporter des masques pour cheveux et visage, car la chaleur aide les produits à pénétrer plus vite dans la peau. J’y penserais pour la prochaine fois !

Adresse : 39 Rue Geoffroy-Saint-Hilaire – 75005 Paris
Téléphone : 01 43 31 14 32
Site internet : www.restaurantauxportesdelorient.com/hammam.html
Horaires : Ouvert 6/7, de 10h à 21h – Consultez les horaires spécifiques aux femmes sur le site !
L’entrée simple coûte 18 euros

.


Avez-vous des bons hammams sur Paris à me conseiller ? Je souhaite en essayer d’autres ! Avez-vous déjà été à celui de la Grande Mosquée ? Qu’en avez-vous pensé ?


 

Réflexions

Comment c’est de vivre à Paris ?

Hello

Cela fait bientôt 1 mois que je vis à Paris et je souhaitais vous faire un petit retour, à chaud, sur mon expérience dans la ville Lumière. Alors, comment c’est de vivre dans la plus belle ville du monde ?

 

Techniquement, c’était pas gagné. Je suis passée d’une île de 260 000 habitants à une mégapole de 2,2 millions de personnes, avec une petite transition par Montpellier – 257 000 personnes. Je hurle (je regarde trop les story Snapchat de JeremStar, il déteint sur moi, je m’excuse).

Vivre à Paris, c’est découvrir les gros relous du métro et de la street. Cette espèce d’énergumènes m’était totalement inconnue avant de débarquer ici. La première fois que l’un d’eux m’a abordée dans la rue, j’ai pas tout de suite compris. C’est quand il m’a proposé un massage sensouuuual que j’ai fait tilt. L’évocation de mon mari en devenir (fictif, évidemment, les Catherinettes c’est pour bientôt !) n’a rien changé aux ardeurs de ce charmant jeune homme. C’est seulement lorsque que je me suis inventé un enfant à naître qu’il a battu en retraite (les raclettes de cet hiver ont leur avantage).

.

Vivre à Paris, c’est aussi payer l’équivalent en pass Navigo de 3.7 rouges-à-lèvres MAC par mois. Ca soûle mais c’est quand même pratique. Il y a des bus de partout, des métros de partout ! Je suis devenue une pro de la carte, d’autant plus que je ne me vois pas conduire à Paris, car vivre à Paris c’est aussi péter des câbles quand tu vois les créneaux que font les gens. J’crois que leur expression préférée est « je m’en bats les steaks », pour rester polie. Ca me rend dingue.

.

Vivre à Paris, c’est marcher facilement chaque jour 8 kilomètres (et avoir des cuisses en béton du coup, adios cellulite), c’est abandonner toutes mes paires de talons hauts, parce que clairement, je préfère être moche (des pieds) qu’avoir des ampoules. C’est aussi apprendre à se casser la figure avec style (moi perso, je fais des grands écarts, t’as la classe ou tu l’as pas) parce que les pavés glissent et que t’as bu un peu beaucoup de vin. C’est investir dans une boîte de pansements. C’est marcher à la parisienne – je marche super rapidement désormais, du moins aussi vite que mes petites jambes me le permettent.

.

Vivre à Paris, c’est apprendre à mes dépends qu’il ne faut jamais, vous m’entendez ? JAMAIS s’arrêter en plein milieu d’un couloir de métro quand les gens en sortent – sous peine de se faire bousculer et insulter par des personnes qui ont la charge émotionnelle d’une petite cuillère et pas le time. Qu’il faut se dépêcher de se pousser dans le bus, sous peine de se faire engueuler par des vieux, et ce même si votre voisine de devant n’avance pas. Ils s’en foutent, poussez-la bordel. Le Dalaï Lama en aurait les chakras tous retournés. Qu’il faut devenir une professionnelle du slalom parce qu’il y a toujours un blaireau qui va marcher du mauvais côté du trottoir. Vous pouvez également dire adieu à votre espace personnel. Tout le monde est collé, on se croirait dans une partouze, la bonne humeur en moins.

.

Vivre à Paris, c’est croiser des gens trop bizarres dans la rue. Genre la meuf qui m’a dit « bonjour » et qui m’a traitée de salope 2 secondes après. Je pense qu’elle souffrait du syndrome de Gilles de la Tourette. C’est dire non 20 fois par jour aux mendiants et aux vendeurs à la sauvette. « Non, j’en veux pas de ton sac Vuitton made in China, j’ai une tronche de touriste franchement ? ». Vexant.

.

Vivre à Paris, c’est aller sur Seloger.com et dire « 800 euros pour 22 mètres carrés, c’est une bonne affaire ! ». C’est également devenir une pro en emménagement de petits espaces. Rentrer l’équivalent de 9 valises dans 16 mètres carrés ? Je sais faire. J’ai désormais un doctorat en Tetris.

.

Vivre à Paris, c’est payer super cher ses mojitos et ses thés (heureusement que la galanterie existe encore, mon banquier vous remercie Ô mecs de Tinder). C’est aussi s’extasier devant les petites robes canons des boutiques du Marais. Vous connaissez le magasin Héroines ?  Ils font des robes rétro trop canon, je les aime d’amour !

.

Vivre à Paris, c’est avoir la possibilité de rencontrer plein de personnes de tous horizons, de s’émerveiller devant la pluralité des cultures. Blacks, blancs, beurs, asiats, étudiants, chicos, bobos, hippies, artistes, mannequins, ploucs, tout le monde se côtoie dans la rue et je ne me lasse pas d’observer cet immense melting-pot.

.

Vivre à Paris, c’est pouvoir admirer le style des gens. Je trouve les parisiens vraiment très bien habillés, les personnes âgées sont super stylées, on se croirait dans une émission de Cristina Cordula. Même les ploucs ont du style.

.

Vivre à Paris, c’est également pouvoir commander à manger ou un Uber à toute heure de la nuit. Que Dieu bénisse Uber.

.

Vivre à Paris, c’est aussi se balader la nuit dans les petites rues, passer devant Notre Dame ou Montmartre et s’extasier devant la beauté des bâtiments. Paris de nuit, c’est juste magique ! Sauf quand tu te fais suivre par un mec chelou.

Je trouve que Paris est une ville unique. Peut-être que je la détesterais dans 6 mois, peut-être que l’excitation sera retombée, mais pour le moment je profite de chaque instant, de chaque balade, de chaque rencontre.

.


Et vous ? Qu’aimez-vous et que détestez-vous à Paris ?


.

 

Réflexions

De Nouméa à Paris : le début d’une nouvelle vie

Bonjour

12 écoles. 4 pays. Hier soir, je n’arrivais pas à dormir et j’ai compté le nombre de fois où j’ai déménagé dans ma (courte) vie. À chaque fois, un nouvel effort d’adaptation, de nouvelles habitudes à prendre, de nouveaux amis à se faire, éventuellement une nouvelle ville à découvrir.

Lorsque je suis arrivée en France il y a bientôt 3 ans, j’ai laissé toute ma vie en Nouvelle-Calédonie, mes amis, une partie de ma famille, mes toutous d’amour, le soleil et les salades tahitiennes. J’ai pris l’avion avec mes 5 valises (je rigole même pas, toute ma vie dans 5 valises) et je suis partie à 22 000 kilomètres de mon chez-moi. Ce n’est pas rien. C’est dans ces moments là que l’on se rend compte de tout ce que l’on va quitter et ça fait terriblement peur d’aller vers l’inconnu. Un peu comme quand on quitte un bâtard mec et qu’on hésite quand même parce qu’on se demande si on va retrouver mieux après.

J’ai tout refait à Montpellier ; mes copines d’écoles sont devenues mes amies, mon appartement est devenu mon cocon, ce fameux pote est devenu un peu spécial dans ma vie et ma famille ne se trouvait jamais trop loin pour que je puisse aller régulièrement la voir. L’ambiance sympa et le soleil du Sud ne gâchaient pas le tout.

Arc de Triomphe Paris FranceAujourd’hui, je suis à l’aube d’un nouveau chapitre de ma vie, puisque je déménage à Paris, en mars 🙏🏼. Ca s’est un peu fait par hasard et je suis anxieuse à l’idée de partir et excitée à l’idée de découvrir la ville lumière. Quand j’étais plus jeune, j’écoutais en boucle l’album de Notre Dame de Paris (je sais que c’est hyper ringard ahah), je connais toutes les chansons par coeur. Ensuite, j’ai été fascinée par Amélie Poulain, Ratatouille, les Artistochats, Paris je t’aime, Da Vinci Code. Il y a tant de films dont l’intrigue se déroule à Paris. Il faut vraiment que je fasse un article sur ma play-list chansons spéciales Paris ! Ca fait des années que Paris me fait rêver et j’ai aujourd’hui la chance d’avoir trouvé, si tout se passe bienun logement qui me permette de m’y installer sereinement, sans avoir à vendre mes 2 reins + ma grand-mère pour avoir un toit au dessus de ma tête, ni avoir à me coltiner 12 ans de RER chaque jour.

Je suis super fière de moi car j’ai décidé d’aller au delà de mes peurs, au-delà des «  je veux pas quitter mon confort, mes potes, ma routine, je sais pas comment ça sera là-bas » et d’entamer une nouvelle vie qui sera, j’en suis persuadée, géniale (on sent la fille qui essaye de s’auto-rassurer là) !

Notre Dame de Paris, FranceQuand je suis arrivée de mon Caillou, perdu au milieu du Pacifique Sud et peuplé de gens qui marchent au ralenti, j’étais stressée rien qu’à l’idée de prendre le tram. À Montpellier. Je vous interdis de vous moquer. On n’a même pas de tram à Nouméa, c’est à peine si on a des bus qui arrivent à l’heure. J’écoutais les on-dit, les « tu sais y’a plein de gens méchants en France, fais attention dans la rue, on pourrait t’agresser, range ton téléphone, ne parle pas aux inconnus, ne mets pas de jupe ». C’est fou toutes les peurs que les autres peuvent vous transmettre avec de simples paroles. Je ne dis pas qu’il ne faut pas faire attention, seulement, quand je repense à la moi d’il y a 2 ans et que je la compare à la moi de maintenant, je rigole. Bien que Paris soit aux antipodes de ce que j’ai toujours connu, je sais que je suis en mesure de m’adapter. Au pire, rien n’est acté dans la vie et la SNCF a sorti un super abonnement qui permet de partir rapidos et à moindre coût ! En plus, j’ai super hâte de vous écrire plein de nouveaux articles.

Au passage, si quelqu’un vit à Paris par ici, n’hésitez pas à m’envoyer un petit mail !

.


Et vous, racontez-moi un peu votre vie !
Avez-vous déjà déménagé ? Comment est-ce-que ça s’est passé ?
Si vous vivez à Paris, qu’est-ce qui vous plait là-bas ?


.

Restaurant japonais sushis bar dans Paris 7ème
Bonnes adresses

Un sushi train dans Paris 7ème : Matsuri

À l’occasion d’un séjour à Paris, j’ai souhaité tester un restaurant de type sushi-train. Nous nous sommes renseignés sur Trip Advisor et nous sommes tombés sur Matsuri, qui possède plusieurs établissements sur Paris. Nous avons réservés une table dans celui du 7ème, assez bien noté, et nous y sommes allés dès l’ouverture, à midi, de sorte à ce qu’il n’y ait pas trop de monde.

Matsuri signifie « fêtes populaires » en Japonais. Le restaurant est agréable, tout de bois vêtu, et les lumières sont tamisées. La disposition, tout en longueur, permet de ne pas être trop dérangé par les conversations des autres. Cependant, ce n’est sûrement pas pratique si vous êtes nombreux d’un même groupe à vouloir y manger. Le restaurant dispose de quelques tables de 4 personnes, autrement, il faut se mettre le long du bar à sushis.

Contrairement à certains autres bars à sushis que j’ai pu tester, sur Montpellier par exemple, Matsuri propose de très nombreux mets. Sushis, makis, gyozas, tartares de saumon ou de thon, il y en a pour tous les goûts. Matsuri propose aussi divers desserts japonais, dont le fameux cheesecake thé vert matcha, un délice en bouche. Le plus compliqué est de choisir quelle assiette on va prendre, car il y en a beaucoup (raison pour laquelle je n’ai pas pensé à prendre de photos pour illustrer mon article, my bad) ! Le restaurant dispose également d’une carte sur laquelle il est possible de commander ce qui fait défaut sur le tapis roulant. Le service est rapide et le personnel est souriant et agréable.

Chaque assiette possède une couleur différente, associée à un certain tarif (de 2 à 5 euros, de mémoire), ce qui permet de s’y retrouver assez facilement en terme de budget. À la fin du repas, un(e) serveur(se) vient compter les assiettes vides, ce qui permet d’établir la note finale.

Avant d’y aller, j’appréhendais un petit peu car j’avais lu que Matsuri était une chaîne de sushis (qui compte notamment une quinzaine de restaurants en France), ce qui parfois n’est pas forcément gage de bonne qualité. Finalement, nous avons tous été contents de notre repas et de la qualité des produits. Le rapport qualité / prix est très bon. Un restaurant à essayer donc !


Adresse : 74, rue du Bac. 75007 – Paris
Téléphone : 01 45 49 19 92
Site internet : www.matsuri.fr
Horaires : Ouvert 7/7, de 12h à 15h et de 19h à 23h.
Commandes à emporter et livraisons disponibles.