Pensée positive affiche
Réflexions

Voir le verre à moitié plein

On vit dans une société qui cultive la pensée positive, mais ce n’est pas toujours évident. En ce moment, je me questionne souvent sur la vie et sur la façon d’aborder les événements qui la composent.

Comment rester positive quand on doit compiler sur des problématiques personnelles diverses et sur les différentes épreuves qui croisent notre chemin ? Comment voir le verre à moitié plein, quand on n’arrive pas à se contenter de ce que l’on a ? Doit-on absolument faire semblant de vivre dans un nuage rose peuplé de licornes ? La question est ardue.

Nous sommes sans cesse en quête de bien-être, car nous ne souhaitons pas affronter les problèmes, et encore moins ceux des autres. Qui a envie de se taper les jérémiades incessantes de son entourage ? On soigne tout à coup de « sois positif, ça va aller ». Merci du conseil hein.

Je pense qu’à trop vouloir le bonheur, il nous échappe des mains et qu’il faut donc conserver une assez grosse dose de lucidité. Voir le verre à moitié plein, OUI, mais attention à ne pas faire une overdose ! Cette philosophie du positivisme à outrance, c’est un peu comme si on négligeait le mal-être et les aspects négatifs qui peuvent découler de certaines situations. À vouloir les faire taire à tout prix, on risque de culpabiliser et surtout : de ne pas accepter cette souffrance, qui est pourtant bien utile à l’évolution d’une personne. D’ailleurs, comment savoir qu’on est heureux, si on n’a jamais connu le malheur ?

Être parfois (un petit peu) pessimiste (ou comme je me plais à l’appeler « réaliste« ) n’est pas une mauvaise chose : c’est cela qui vous permet d’appréhender les risques de vos actes, leurs conséquences. A être trop optimiste, on tombe de plus haut quand on se plante (et on se plante forcément de temps en temps). Cela permet la prudence et le discernement. De plus, à moins d’être un Être Divin, ce n’est pas en ayant une culture positive que vos sentiments négatifs disparaitront. Ils seront simplement mieux camouflés. La politique de l’autruche, vous connaissez ?

Je trouve que toutes ces nanas que l’on voit sur les réseaux sociaux et qui cultivent la positivité à toute épreuve, sont très culpabilisantes, voire même démoralisantes. J’ai l’impression de faire face à une dictature du positivisme. Les personnes tout le temps positives m’énervent, c’est comme si elles m’enlevaient ma liberté d’être triste, qu’elles réprimaient mes émotions négatives. Elles me font me sentir coupable et j’ai l’impression d’en faire trop, alors qu’au final, j’ai le droit de me sentir comme ça si besoin. J’ai le droit d’être vulnérable de temps à autre, ou fragile un court instant quand quelque chose me blesse.

Je crois qu’il faut savoir être dans un état d’esprit positif, alimenté par de la confiance en soi et de l’amour de soi, mais sans pour autant ignorer les difficultés qui peuvent se présenter à nous, puisqu’elles sont nécessaires à la construction d’une identité.

Je suis assez partisante d’un juste équilibre au final, le Yin et le Yang. Il faut savoir cultiver son bonheur, le faire grandir, évoluer, et pour cela, rien de tel que des phases de remise en question, qui se font le plus souvent au travers des coups durs de la vie.


Et vous qu’en pensez-vous ?

Voyez-vous le verre à moitié plein ou à moitié vide ?


 

 

Previous Post Next Post

You Might Also Like

3 Commentaires

  • Reply Distrayante 13 décembre 2016 à 17:38

    J’essaie de ne pas trop me plaindre, mais je sais que si je relativise trop, alors je reste dans des situations inconfortables. Parfois, se plaindre permet de bouger, de changer 🙂

    (p.s : si si, je suis plus size, je suis dans les premières tailles du plus size, mais plus size quand meme. c’est juste que mes photos sont choisies avec soin ^^)

  • Reply Charlène 12 décembre 2016 à 13:43

    Ça fait du bien de te lire! Je suis tellement d’accord avec toi. Disons qu’on ne peut pas voir le verre à moitié vide tout le temps mais on ne peut pas être une « joyeuse conne » H24. Au final, se lamenter sur son sort et pleurer un bon coup ne fait de mal à personne et ça évite d’exploser un beau jour sans savoir vraiment pourquoi. Tout ce qui compte c’est de continuer à avancer et à se fixer des objectifs même si parfois on avance en pleurant, on avance quand même ! Continue comme ça ! J’adore ton blog ❤️

    • Reply La Petite Culotte 13 décembre 2016 à 14:15

      Merci ma Chacha pour ce si joli commentaire, que j’approuve à 100%. Tu as tout à fait raison ma biche ! <3

    Laisser un commentaire